Communiqué de presse



 Amicalement Votre est une exposition proposée par Rémy Hysbergue avec les artistes suivants qui soient ont écrit leur texte de présentation, soit un extrait de texte de critique d'art.

 

Nadjib Ben Ali

« Depuis combien de temps? Je ne sais plus. Je creuse, creuse et recreuse...sans savoir pourquoi...je le sais au fond, mais je ne veux pas l'admettre, alors je m'invente des excuses hein !

Elle me hante fils, je la déteste, c'est l'ennemie... c'est la dernière fois... j'arrête...

Si seulement je pouvais. »

 

 

Thibaut Cantié

La quête de l’image est un jeu, une fouille. Elle est pour moi une archéologie personnelle, de laquelle se manifeste formes et espaces. Ces peintures abstraites sont des cartographies nées de sensations, de souvenirs et d’explorations. Des explorations picturales qui façonnent des territoires imaginaires, des volumes hypothétiques et fantasmatiques.

 

Antoine Château

« Si les peintures d’Antoine Château demandent à être reconnues cent fois comme cent choses 

différentes, on a aussi face à elles le droit de tenir le silence. Les réponses arrivent et dérivent

 doucement, une agrégation de méprises et de mauvais diagnostics.Que les questions sur leurs

 identités restent pendantes: on oeuvre à laisser les représentations vivre en paix, autant que faire 

se peut. Le comble du soin est de ne remédier à rien. »

 

Extrait du texte de Marilou Thiebault. Juin 2019

 

Denis Laget

«On peut se demander, à regarder le travail de Laget dans sa durée, si l’artiste n’a pas d’autre but que (cela) : découvrir par la peinture ce qu’il a en tête qu’il ne sait pas. Peut-être est-ce là, en fait, le vrai pouvoir, non du peintre, qui sait depuis longtemps qu’il n’est pas le maître dans sa propre maison, mais de la peinture qui lui permet d’accéder, par ces images soudains surgies sans qu’il sache d’où, aux hôtes inconnus qui exercent leur empire sur son esprit. Ainsi, regardant sa toile-palette comme s’il s’abîmait dans un test de Rorschach inconnu, le peintre voit-il des images potentielles : hier des têtes de chien, aujourd’hui de possibles bouquets, images où le souvenir de peintures anciennes vient se mêler au désir de tableaux à venir. »

 

Extrait de Pierre Wat in Denis Laget, Paris, ed. Galerie Claude Bernard, 2014.

 

Pierre Unal-Brunet

Pierre Unal-Brunet est un artiste qui pratique la sculpture et la peinture de manière à la fois expérimentale et engagée. Car s’il met vraiment la main à la patte, c’est à la manière d’un artisan ou un pêcheur, qui fabrique lui-même ses gestes et ses matériaux, et ceci pour, au-delà des fictions qu’il échafaude, réinventer un futur dans sa biodiversité et sa reconstruction écologique. Lui-même se définit également comme un « chirurgien grotesque » qui se livre à des « marottes faites de greffes ». Ainsi, les êtres hybrides qu’il crée, les formes de vie extravagantes qu’il imagine, ne seraient pas sans une réflexion sur la biologie spéculative en même temps qu’une manipulation jouissive des débris variés débusqués dans des territoires en errance. Pierre Unal-Brunet bricole des matériaux improbables, il « braconne » dans des lieux délaissés, et travaille la contamination et la transplantation, pour produire des œuvres inédites qui évoquent autant un mode de résistance survivaliste que l’imagination débridée d’un auteur fantastique.

 

Texte de présentation, Institut d’Art Contemporain Villeurbanne. 2020

 

Anthony Vérot

Anthony  Vérot  peint des gens qu’il connait ou rencontre  d’après des photographies. La photo  est moins son modèle que ce dont il part, pour revenir, par la peinture, vers l’être humain qu’il a photographié. Ses tableaux  sont moins des portraits visant à la ressemblance avec un être vu, que le résultat d’une tentative de revenir vers ce qui a été vu. Nuance de temporalité qui fait toute la différence. Verot ne peint pas ce qu’il voit mais ce dont il se souvient.